Révolution twitter, épistémologie Google Scholar

Shoshone Falls, Snake River, IdahoLes articles académiques sur les révolutions arabes et le rôle joué par les médias sociaux commencent à fleurir. Je le sais, parce que je me suis abonné à des « alertes » Google Scholar au printemps dernier :

[ allintitle: political OR unrest OR mobilisation OR organisation OR mobilization OR organization "social media" ]

et

[ intitle:twitter ]

Autrement dit, je reçois régulièrement sur ma boite email des listes d’articles nouvellement indexés (donc généralement nouvellement publiés) sur Google Scholar, le moteur de recherche d’articles académiques : les articles dont le titre contient « twitter » et les articles dont le titre contient « social media » et l’un au moins des autres mots choisis (« political », « organisation », etc.). J’en découvre quelques autres ailleurs sur le net, sur Twitter, notamment. Depuis quelques semaines, de plus en plus d’articles ou des numéros spéciaux de revues abordent directement le sujet des révolutions arabes, par exemple The Communication Review ou l’International Journal of Communication.

La question de recherche résumée dans l’expression « révolutions Twitter » est séduisante : les nouveaux médias ont-il permis, aidé, accéléré, voire causé les révolutions récentes ? Les nouvelles technologies sont-elles une force de démocratisation ? Le débat existe depuis longtemps, il s’est affirmé ces dernières années entre des essayistes américains comme Clay Shirky (dans le camp des « utopistes ») et Malcolm Gladwell ou Evgeny Morozov (dans le camp des sceptiques). A première vue, le printemps arabe confirme en partie les espoirs des utopistes, mais n’est-ce pas une illusion d’optique ? Nous aurions pu (nous, occidentaux, consommateurs de médias, usagers d’Internet) êtres abusés par nos propres habitudes, prendre pour le phénomène ce qui n’était que notre source d’information sur le phénomène. Est-il possible de mesurer, d’évaluer rigoureusement le rôle joué par les réseaux sociaux dans ces mobilisations politiques ? Les chercheurs en sciences sociales peuvent-ils nous éclairer sur le rôle politique des nouveaux médias ?

C’est cette question que j’ai voulu poser à Google Scholar. Mais c’est demander à l’Internet s’Il pense que l’Internet est important. Les articles accessibles via GS sont publiés en ligne, plutôt en anglais (biais redoublé par mes propres termes de recherche), plutôt disponibles sans abonnements. Ceux que j’ai lus abordent le rôle des médias sociaux par des données recueillies à travers les médias sociaux : ce ne sont pas des articles tunisiens ou égyptiens, publiés sur place et sur papier, à partir d’une enquête de terrain. Peut-être parce que ces recherches demanderont plus de temps et d’efforts et seront moins nombreuses. Peut-être aussi par un biais de googlisation un peu analogue au biais de publication (le fait de publier les résultats positifs, et de ne pas publier les résultats négatifs). Nous recevons des cascades d’informations sur les cascades d’informations et nous ignorons tout de la sècheresse.

 
Sep 27th, 2011
  1. Armonik
    Oct 13th, 2011 at 10:55 | #1

    j’ai retrouvé votre blog mr Babet =)

    un élève d’une de vos classes qui apprécie beaucoup votre travail!

  2. Oct 24th, 2011 at 14:46 | #2

    Bienvenu ici ! Comme tu peux voir, je n’y suis pas très souvent. Merci de cette appréciation et de ton commentaire. A bientôt en classe, et bonnes vacances.

Comments are closed.